La Biométrie

La Biométrie c’est quoi ?

Il existe trois façons de prouver son identité :
  • Ce que l'on possède : une carte, un badge, un document


  • Ce que l'on sait : un mot de passe


  • Ce que l'on est : c'est la biométrie

C’est l’identification d’une personne, basée sur ses caractéristiques physiologiques ou biologiques, automatiquement reconnaissables et vérifiables.

Cette technique présente l'avantage de diminuer les risques liés au vol, à la duplication ou à l'oubli. En effet dans le cas de l'empreinte digitale par exemple, il est difficile d'oublier son doigt, ou de se le faire voler.



La biométrie à quoi ça sert ?

La liste des applications pouvant utiliser la biométrie, peut être très longue.
Voici quelques exemples non exhaustifs :
  • Le contrôle d'accès à des locaux (sites sensibles, salles informatiques...)
  • Les systèmes d'informations (lancement du système d'exploitation, accès au réseau, commerce électronique...)
  • La police et les gouvernements (services d’immigrations, aéroports, manifestations...)
  • Les documents officiels (fichiers judiciaires, titres d'identités, votes électroniques...)
  • L'automobile (système d'ouverture et de démarrage sans clé)

La biométrie en France

Il y a de moins de moins de réticence de la part des clients ou utilisateurs potentiels de ces systèmes. Au contraire, les demandes de la part des utilisateurs se multiplient concernant le remplacement du mot de passe par la biométrie, à l'ouverture d'un logiciel ou au contrôle d'accès des locaux.

Malgré tout ce type de technique reste pour l'instant réservé à des niveaux de sécurité élevés, mais s’ouvre de plus en plus aux applications grand public.

Beaucoup de grandes entreprises commencent à intégrer ces systèmes pour sécuriser leurs accès physiques ou virtuels. Les aéroports d'Orly et de Roissy par exemple, utilisent à présent des authentifications par empreintes digitales pour contrôler l'accès du personnel à certaines parties sensibles de l'aéroport.


Empreinte digitale

Une empreinte digitale se compose principalement de crêtes et de vallées. Les points clés de l'empreinte sont regroupés sous le terme de minuties. C'est l'étude des minuties qui permet d'identifier de façon certaine un individu, en comparant celles de son empreinte à celles d'un fichier de références.

L'utilisateur doit d'abord placer son doigt sur un lecteur qui va digitaliser et analyser l'image pour en extraire les minuties.

La "signature" ainsi réalisée est directement cryptée par le lecteur et il n'est pas possible de reconstituer l'image à partir du fichier signature.

  • Le niveau de précision peut aller jusqu’à 80 points de comparaison.

Technologie et lecteur

étape 1
étape 2
étape 3
empreintes biometrie
  1. Image de l'empreinte

  2. Minuties repérées

  3. Nuage de points mémorisé


Morphologie de la main

La technologie géométrique des lignes de la main est utilisée en vérifiant différents points tenant compte de :
  • La forme de la main
  • La longueur et la largeur des doigts
  • La position des articulations
  • Le niveau de précision peut aller jusqu’à 90 points de comparaison

Iris de l’œil

Cette technique est généralement réservée aux endroits de très haute sécurité comme les banques, les prisons ou les gouvernements. C’est une des plus plus efficaces, car l'oeil contient plus de points caractéristiques que l'ADN.

L'iris est la zone colorée visible entre le blanc de l'oeil et la pupille.

Pour reconnaître un individu, on extrait des paramètres de l'image photographiée. Puis, on compare ces paramètres avec tous les paramètres précédemment extraits et sauvegardés.
  • Le niveau de précision peut aller jusqu’à 240 points de comparaison

Les aspects juridiques

La principale réticence liée à l'utilisation de la biométrie est d'ordre éthique et concerne principalement le stockage de données personnelles ainsi que le contrôle que son propriétaire peut en faire.

En effet l'empreinte de l'utilisateur peut être stockée de deux façons :
  • Stockage centralisé : L’image de l’empreinte est stockée dans une base de donnée sur un serveur. L’utilisateur n’a pas accès à ces données et n’a pas de contrôle sur l’utilisation qui est faite de son empreinte.
  • Stockage décentralisé : L’image de l’empreinte est stockée en local sur le disque dur ou sur une carte. L’utilisateur a accès à cette image et peut contrôler l’utilisation qui est faite de son empreinte.

La C.N.I.L

La Commission Nationale Informatique et Liberté (C.N.I.L) est défavorable à la création de bases de données d'empreintes digitales en l'absence d'un impératif de sécurité incontestable.

Elle considère que les données biométriques laissent des traces qui peuvent être exploitées pour l’identification des personnes et que dès lors toute base de données est susceptible d’être utilisée à des fins étrangères à sa finalité première.

A l’inverse, elle estime que si la donnée est uniquement stockée sur un support personnel (disque local, carte à puce, badges, MYFARE), le dispositif ne pose pas de difficultés au regard de la loi "informatique et libertés".


Télécharger
notre plaquette

Cont@ct